L’histoire de l’aéroport Roissy CDG

Communément appelée Aéroport de Roissy, la plate-forme de correspondance aéroportuaire Charles-de-Gaulle détient la seconde place, après celui de Londres-Heathrow au Royaume-Uni. Au niveau trafic, avec ses quelques 65,7 millions de passagers répertoriés sur 2015, il s’est classé comme étant le huitième aéroport mondial. On le dit francilien, de par sa position à 23 km au nord-est de Paris, et grand public car il occupe plus de la moitié du territoire de Roissy.

Son nom lui a été attribué en hommage au général Charles-de-Gaulle, un chef d’État français qui a su en son temps marquer l’histoire et les mémoires. Les aérogares, l’aéroport et ses pistes se trouvent réparties entre trois départements, celui du Val-d'Oise, de la Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne. Son exploitation à proprement parler est quant à elle assurée par Paris Aéroport, second groupe aéroportuaire européen, juste après British airports authority, niveau chiffre d’affaires

Pour ce qui est de son histoire c’est en 1962 qu’elle aborda un tournant décisif, ceci afin de désengorger l’aéroport de Paris-Le Bourget et celui de Paris-Orly, qui furent créés durant la 1ère Guerre mondiale Les pouvoirs publics, face à la croissance accélérée du transport aérien de passagers, s’est penché sur les disponibilités de vastes terres susceptible de recevoir des infrastructures en conséquence. Celles-ci se devaient d’être éloignées de la métropole, bien en dehors des quartiers habitées.

Ainsi une large zone agricole du Pays de France reçut deux ans plus tard l’aval pour la construction de l’aéroport « Paris-Nord ». Cette implantation stratégique présentait de nombreux avantages et peu de destruction à déplorer, malgré la monumentale tâche de l’entreprise (une seule ferme en vérité). La commission d’enquête dépêchée pour lors a émis son avis favorable, il fut entendu que l’aéroport occuperait une partie du territoire de sept commues, sur une sur surface de 2.915 ha.

Pour ses quarante ans d’exploitation, un dossier de présentation a été établi le 8 mars 2014 par Aéroports de Paris. Outre les dates clefs et ses caractéristiques, ont été mis en avant son amplitude sur la scène mondiale. C’est 315 grandes villes qui sont à ce jour desservies à travers le globe, ce qui en fait le plus performant au niveau européen. Son trafic inclut pas moins de 25.000 opportunités de connexions estimées à moins de deux heures par semaine (entre vols de longs et moyens courriers).

Ainsi l’aéroport de Paris se trouve à moins de 2 heures de la moindre grande ville d’Europe occidentale, un hub pour les principales compagnies aériennes représentées sur le Paris-Charles-de-Gaulle : Air France (54,7 % du trafic), EasyJet (6,5 %), Lufthansa (2,8 %), Delta Air Lines (1,5 %) et XL Airways France (1,4 %), chiffres relevés sur 2011. Sa capacité d’accueil de passagers a pour sa part été portée, grâce à l’ouverture du satellite S4 fin juin 2012, à pas moins de 80 millions.

Sa capacité en volume de fret le place en 2013 au second rang européen (2.069.200 tonnes de marchandises) et en terme de trafic aérien (478.306 mouvements, dixième au niveau mondial). Ses disponibilités en matière de stationnement n’ont rien à leur envier, avec ses 235 places pour les aéronefs il se situe en 3ème position du classement planétaire. Sans compter qu’il règne sur 700 entreprises environ, générant elles-mêmes 86.000 emplois dans 200 corps de métiers répartis sur 11 secteurs d’activité.

Les terminaux sont quant à eux au nombre de 3, comprenant pas moins de 7 halls pour le second, avec accès à la gare TGV-RER et la station CDG VAL. Tous sont accessibles en zone publique, que vous y accédiez par le bus navette ou à pieds. Ne vous reste à réserver pour la destination de votre choix, et prévoir un stationnement pour votre véhicule tel que le Roissy Parc,  vous pourrez embarquer alors sans plus d’hésitation !